Projet Grasset, Québec, Canada

Projet en bref

Statut:

Stade d’exploration avancée 

Emplacement:

Corridor aurifère Detour-Fenelon, environ 90 km à l’est de la mine d’or Detour Lake (Kirkland Lake Gold)

Métaux:

Nickel, cuivre, cobalt, métaux du groupe platine (MGP), et or 

Propriétaire:

100% Wallbridge

Exploration en cours:

Révision des données du projet pour établir des cibles d’exploration

Ressources minérales:

Ressources indiquées de 3,5 Mt à 1,56 % Ni, 0,17 % Cu, 0,03 % Co, 0,34 g/t Pt et 0,84 g/t Pd (mars 2016)

  • Aperçu

    Le projet Grasset fait partie du portefeuille de propriétés couvrant 739 km2 sur le corridor aurifère Detour-Fenelon provenant de l'acquisition de Balmoral Resources Ltd. Le projet est adjacent aux propriétés Fenelon Gold et Jérémie (100 % Wallbridge) et est situé à environ 50 kilomètres à l’ouest-nord-ouest de Matagami, au Québec. 

    Le gisement de sulfure de nickel Grasset se trouve à l'extrémité sud du Complexe Ultramafique de Grasset (« GUC »), immédiatement au nord de la zone régionale de déformation Sunday Lake (« SLDZ »). Le gisement a été découvert en 2012 et se compose de deux zones subparallèles (zones H1 et H3) de minéralisation de sulfures disséminés à localement semi-massifs. C'est l'un des plus grands gisements de sulfure de nickel de la région de l'Abitibi au Canada, et le seul gisement de sulfure de nickel d'Amérique du Nord avec plus de 50 000 tonnes de nickel contenu et une teneur moyenne en nickel de plus de 1,5 % qui n'est pas contrôlé par une grande société minière.

    Une estimation initiale des ressources et des tests métallurgiques préliminaires ont été publiés au début de 2016. Grasset est l’un des plus grands gisements de sulfure de nickel dans la région de l’Abitibi au Canada. Les campagnes de forage en 2018 et 2019 ont intersecté une autre zone de minéralisation de nickel importante dans la portion centrale du GUC, approximativement 7 kilomètres au nord-ouest. 

    Une minéralisation aurifère a aussi été intersectée sur le projet Grasset dans la SLDZ d’ampleur régionale qui traverse le projet et dans des structures secondaires en marge du GUC. Les découvertes significatives comprennent la zone aurifère Grasset qui a intersecté 1,6 g/t Au sur 33,0 m, incluant 6,15 g/t Au sur 4,04 m. 

    Cartes et images (cliquez pour agrandir)

    Carte générale de la région
    Géologie régionale
  • Programme en cours

    Le dernier programme de forage sur le projet a été réalisé par Balmoral en 2019 avec des levés géophysiques au début de 2020. Depuis l’acquisition de Balmoral, Wallbridge n’a effectué aucune activité d’exploration sur la propriété. L'identification de cibles de forage et la préparation du budget sont actuellement en cours afin de développer un programme d'exploration pour le second semestre de 2020.

  • Bref historique

    L’exploration sur le projet Grasset a été très limitée avant l’acquisition de la propriété par Balmoral Resources Ltd. (« Balmoral »). La première découverte minérale rapportée a été une veine de quartz contenant de l’or et située sur la rive sud-ouest du lac Grasset, où des échantillons ont retourné des teneurs allant jusqu’à 5,55 g/t Au. Quatre trous ont été forés à proximité de cette découverte en 1957 mais aucune valeur aurifère anormale n’a été rapportée. Tous les travaux d’exploration réalisés à la fin des années 1950 et à la fin des années 1970 se sont concentrés sur le forage de cibles magnétiques ou de conductivité à la recherche de gisements de cuivre-zinc de type SMV, comme les mines Matagami et Selbaie situées à proximité.

    Vers la fin des années 1990, Fairstar Exploration a testé deux anomalies conductrices au nord-est de la propriété. L’un des trous de forage a intersecté une veine de quartz étroite avec des teneurs élevées en argent (209 g/t Ag sur 0,30 m). 

    Les travaux réalisés en 2006 par un opérateur précédent ont identifié de la minéralisation de nickel-cuivre-MGP à l’extrémité nord de la section sud du GUC. 

    Balmoral a acquis la propriété Grasset en 2010. En 2011, elle a réalisé un programme de forage de 5 trous de forage pour un total de 1 728 mètres et a fait la découverte de la zone aurifère Grasset en intersectant 1,6 g/t Au sur 33,0 m, dont 6,15 g/t Au sur 4,04 m, le long de la SLDZ. En 2012, elle a complété un total de 7 trous de forage pour un total de 1 899 mètres et a fait la découverte d’un nouveau système de nickel-cuivre-MGP dans la portion profonde de la séquence de roches ultramafiques largement inexplorée sur la propriété, la première de la sorte dans la ceinture (environ 8,3 kilomètres au sud-ouest de l’occurrence identifiée en 2006 et 1 kilomètre à l’est de la zone aurifère Grasset). Le trou de la découverte GR-12-09 a intersecté une zone large de 10 mètres de minéralisation disséminée de pyrrhotite, pentlandite et chalcopyrite mineure qui a rapporté des teneurs de 0,51 % Ni, 0,09 % Cu, 0,15 g/t Pt et 0,33 g/t Pd sur 9,17 m, incluant un intervalle à haute teneur de 1,34 % Ni, 0,17 % Cu, 0,16 g/t Pt et 0,54 g/t Pd sur 0,4 m. 

    Le programme de l’hiver 2014 (11 trous de forage pour 3 634 mètres) a réussi à délimiter au moins trois horizons minéralisés de Ni-Cu-MGP dans le GUC et a donc été suivi par un programme de forage de 51 trous pour un total de 16 673 mètres. La plus grande partie de la minéralisation à haute teneur est concentrée dans l’horizon le plus près de la surface (zone H3). Le trou de la découverte GR-14-25 de la zone H3 a rapporté des teneurs de 1,78 % Ni, 0.19 % Cu et 0,42 g/t Pt sur 45,28 m. 

    Le programme de forage de 2015 (39 trous de forage pour un total de 16 801 mètres) a continué d’intersecter des larges zones de minéralisation disséminée de sulfure de nickel-cuivre-MGP, ce qui a permis d’étendre l’échelle du système minéralisé et d’accumuler une quantité suffisante de données pour effectuer une estimation initiale des ressources pour le gisement de Ni-Cu-MGP Grasset. Vers la fin de 2015, Balmoral a complété 12 trous de forage d’exploration à l’extérieur du gisement Grasset pour un total de 3 236 mètres. 

    Une estimation de ressources initiale et les résultats des tests de métallurgie préliminaires ont été publiés en mars 2016 et les activités d’exploration ont cessé (causé par une chute du prix du nickel) avec le gisement demeurant ouvert en profondeur et latéralement vers le nord-ouest. 

    Balmoral a réalisé une campagne de forage en 2018 et 2019 à 7 kilomètres au nord-ouest du gisement de nickel Grasset dans une portion intrusive à haut niveau du GUC (un secteur référé comme le GUC central; les forages antérieurs effectués en 2015 par Balmoral avec une minéralisation de nickel identifiée en 2006). Les forages ont intersecté des zones à haute teneur et des zones plus larges de minéralisation de nickel. Les meilleures intersections à haute teneur incluent 7,58 m à une teneur de 1,05 % Ni, 0,31 % Cu, 0,05 % Co, 0,20 g/t Pt et 0,48 g/t Pd (FAB-18-58). Les zones de minéralisation larges incluent 112,85 m à une teneur de 0,27 % Ni et 0,013 % Co (commençant à <200 m sous la surface) (FAB-19-61) et 120,57 m à une teneur de 0,26 % Ni et 0,012 % Co (FAB-18-54).

  • Géologie et minéralisation

    Le projet Grasset couvre environ 20 kilomètres de la SLDZ et couvre aussi une portion de la zone de déformation Lower Detour (« LDDZ ») plus à l’est. Au nord de la SLDZ, des roches volcaniques mafiques à felsiques sont dominantes et sont entrecoupés, du moins dans l’ouest de la propriété, par des séries de larges intrusions mafiques à ultramafiques qui sont orientés vers le nord-ouest. Ces roches intrusives - qui forment ensemble le complexe ultramafique Grasset (GUC) - sont connues pour contenir de la minéralisation de nickel-MGP et ont fait l’objet de travaux d’exploration sur le projet Grasset. 

    Le GUC est formé d’une séquence empilée de basaltes, de gabbro et de sills et dykes ultramafiques, avec des coulées volcaniclastiques et rhyolitiques mineures de rhyodacitiques à dacitiques, ainsi que plusieurs bandes étroites intercalées de formations ferrifères et des argilites graphitiques en concordance apparente avec les unités rocheuses sous-jacentes. La tendance générale du GUC est ouest-nord-ouest, pincée entre le pluton de Jérémie et la sous-province de l’Opatica. Plusieurs zones de déformation ductile ont été intersectées par des trous de forage et vont dans le même sens que le complexe, ce qui suggère que la tendance nord-ouest/sud-est pourrait correspondre à une faille majeure, parallèle aux autres failles au nord et au sud de la SLDZ. La portion sud du complexe est cisaillée et potentiellement pliée par la SLDZ. 

    Sur le gisement Grasset, la minéralisation est concentrée dans deux horizons de sulfures superposés (zones H1 et H3) orientés nord-ouest/sud-est parmi des unités de péridotites ultramafiques inclinées verticalement. La minéralisation consiste en plusieurs mètres de couches de sulfures massifs ou semi-massifs avec une texture nette et en forme de cloques. La pyrrhotite est le minéral sulfuré dominant, avec des quantités subordonnées de pentlandite, de chalcopyrite et de pyrite. La concentration de pentlandite et de chalcopyrite est proportionnelle à la concentration totale des sulfures. Les deux horizons sont empilés, d’une épaisseur de 25 à 50 mètres et séparés par une couche de roches ultramafiques non minéralisée d’une épaisseur de 10 à 80 mètres. La zone H3 (gisement de komatiite de type 2) est définie sur une distance d’environ 500 mètres et à une profondeur verticale de 550 mètres et contient la plus grande proportion de la minéralisation à haute teneur de Ni-Cu-MGP définie jusqu’à présent. La zone H1 (gisement de komatiite de type 1), moins importante, a été définie sur une plus grande longueur (environ 900 mètres) et à une profondeur verticale d’environ 450 mètres et contient des teneurs modérées en nickel (<1 %) sur son entièreté. Les deux zones sont ouvertes en profondeur. 

    Dans la zone centrale du GUC, la large zone de minéralisation de sulfure de nickel se situe dans un contexte géologique qui s’apparente fortement à celui du gisement à haute teneur de Grasset (à 7 kilomètres au sud-est) et pourrait représenter le halo ou la bordure d’un système semblable. Tout comme à Grasset, la découverte se trouve dans un conduit intrusif dominé par des cumulats d’olivine qui alimentent les séquences volcaniques de plus haut niveau du GUC. La minéralisation de nickel à haute teneur (komatiite de type 1) est présente stratigraphiquement sous cette zone plus large (komatiite de type 2) à l’intérieur de la séquence volcanique inférieure du complexe. La nouvelle zone demeure ouverte vers le nord-ouest, en longeant l’inclinaison vers la surface et en profondeur. 

    En plus du potentiel de nickel magmatique dans le GUC, Balmoral a identifié un certain nombre de zones aurifères sur la propriété Grasset dans la SLDZ d’échelle régionale qui traverse la propriété, ainsi que dans des structures secondaires en marge du GUC. 

    Le forage réalisé par Balmoral entre 2011 et 2014 a mis en évidence une minéralisation aurifère, appelée la découverte aurifère de Grasset, au contact entre la séquence fortement déformée et polylithique des conglomérats de type Timiskaming et une intrusion mafique du Groupe Manthet, dans le mur de faille de la SLDZ. Le premier trou de forage a intersecté 1,66 g/t Au sur 33,0 m, qui inclut deux intervalles à haute teneur de 6,15 g/t Au sur 4,0 m et 4,18 g/t Au sur 5,0 m. La minéralisation est contenue dans un système de veines anastomosées de quartz-carbonate qui longe le contact, et qui demeure ouvert latéralement et en profondeur. 

    Sur le gisement de nickel Grasset, plusieurs types de minéralisation aurifère ont été intersectés dans le toit et le mur de faille jusqu’au GUC. Une zone large de 21 mètres, située dans une zone de cisaillement du mur de la faille, de pyrite semi-massive et de veines de quartz a révélé une teneur moyenne de 0,66 g/t Au. Ailleurs dans le mur de la faille du GUC, 216 g/t Au sur 0,78 m a été intersecté dans les années 1990. 

    De plus, des horizons étroits de pyrite semi-massive avec des teneurs anormales de zinc et de cuivre ont été identifiés dans des trous de forage, formant ce qui pourrait être un horizon exhalatif au contact entre les roches felsiques et mafiques de la propriété Grasset

    Cartes et images (cliquez pour agrandir)

    Géologie régionale
  • Estimation des ressources minérales

    En mars 2016, Balmoral a publié une estimation initiale de ressources pour le gisement de nickel Grasset, qui a été préparée par InnovExplo Inc. de Val-d’Or, Québec. L’estimation du scénario de base se concentre sur le centre du gisement à plus haute teneur, avec 99 % de la ressource estimée qui se situe dans la zone centrale H3 qui a les plus hautes teneurs. Autour de la zone à haute teneur se trouve un large volume de sulfures de nickel disséminés, qui peuvent potentiellement être inclues dans le modèle de ressources s’il y a des changements au niveau des prix des métaux, des taux de change, des coûts d’extraction, de coûts de traitement du minerai, des coûts du transport et de la fonte, ainsi que des améliorations dans les hypothèses métallurgiques prises en compte dans le modèle initial des ressources. 

    Estimation des ressources minérales du projet Grasset à la teneur de coupure de 1,00 % NiEq 

    >1,00% NiEq

    Tonnes (t)

    NiEq (%)

    Ni (%)

    Cu (%)

    Co (%)

    Pt (g/t)

    Pd (g/t)

    NiEq contenu(lb)

    Ni contenu (lb)

    Cu contenu (lb)

    Co contenu (lb)

    Pt contenu (onces)

    Pd contenu (onces)

    INDIQUÉES

    Horizon1

    35 900

    1,09

    0,98

    0,11

    0,03

    0,16

    0,38

    865 800

    772 600

    84 100

    22 700

    200

    400

    Horizon 2

    3 416 600

    1,80

    1,57

    0,17

    0,03

    0,34

    0,85

    135 413 200

    118 316 800

    13 148 000

    2 317 600

    37 700

    93 000

    Total Indiquées

    3 452 500

    1,79

    1,56

    0,17

    0,03

    0,34

    0,84

    136 279 000

    119 089 400

    13 232 100

    2,340 300

    37 900

    93 400

    PRÉSUMÉES

    Horizon 1

    4 700

    1,08

    0,96

    0,11

    0,03

    0,17

    0,39

    111 500

    99 400

    11 700

    3 100

    100

    100

    Horizon 3

    86 400

    1,20

    1,06

    0,11

    0,02

    0,20

    0,48

    2 282 400

    2 027 600

    217 100

    45 900

    600

    1 300

    TOTAL PRÉSUMÉES

    91 100

    1,19

    1,06

    0,11

    0,02

    0,20

    0,48

    2 393 900

    2 126 900

    228 700

    49 000

    600

    1 400

    Hypothèses relatives à l'estimation des ressources et notes :

    • Les personnes qualifiées et indépendantes pour cette estimation des ressources minérales, tel que défini par le Règlement 43-101, sont M. Pierre-Luc Richard, P.Geo., M.Sc., et M. Carl Pelletier, P.Geo, B.Sc., d’InnovExplo Inc. La date effective de l’estimation est le 12 janvier 2016. 
    • Ces ressources minérales ne sont pas des réserves minérales, leur viabilité économique n’ayant pas été démontrée. 
    • Bien que ces résultats soient non dilués et in situ, les ressources minérales rapportées sont considérées comme ayant des perspectives raisonnables pour une éventuelle extraction économique. 
    • Cette estimation comprend deux (2) zones minéralisées (Horizon 1 et Horizon 3). 
    • Les ressources ont été compilées avec des teneurs de coupure de NiEq de 0,30 %, 0,40 %, 0,50 %, 0,60 %, 0,70 %, 0,80 %, 0,90 %, 1,00 %, 1,10 %, 1,20 %, 1,30 %, 1,40 %, 1,50 %, et 2,00 %. Le scénario de base des ressources potentielles est rapporté avec une teneur coupure de 1,00 % NiEq. 
    • Les calculs de teneur de coupure ont utilisé : extraction 48,00 $CA, maintenance 6,00 $CA, frais généraux et administratifs 10,00 $CA, pulvérisation 22,00 $CA pour un total de coûts d’exploitation de 86,00 $CA. Un facteur de dilution de 7,5 % a aussi été appliqué au calcul de la teneur de coupure. 
    • *NiEq = [[(NiTeneur(%) x NiCR(%) x NiPayable(%) x NiPrix($)) + (CuTeneur(%) x CuCR(%) x CuPayable(%) x CuPrix($)) + (CoTeneur(%) x CoCR(%) x CoPayable(%) x CoPrix($))] x 2205 + [(PtTeneur(g/t) x PtCR(%) x PtPayable(%) x PtPrix($)) + (PdTeneur(g/t) x PdCR(%) x PdPayable(%) x PdPrix($))] / 31,1035 - CrPénalité($)] / (NiPayable(%) x NiCR(%) x NiPrix($) x 2205); où CR(%) est un ratio de récupération de concentré variable dérivé d’une étude du bilan métallurgique et Payable(%) est appliqué sur les concentrés. Notez qu’il y a une déduction minimale de 0,20 % Co qui a été appliquée sur le concentré. 
    • Calculs utilisés pour le NiEq: taux de change $US/$CA de 1,14, prix du nickel de 6,56 $US/lb, prix du cuivre de 2,97 $US/lb, prix du cobalt de 13,00 $US/lb, prix du platine de 1 302,30 $US/once, et prix du palladium de 737,20 $US/once (qui sont des moyennes sur trois ans calculées à la date effective); payable à 70 % pour le nickel, 75 % pour le cuivre, 75 % pour le cobalt (déduction minimale de 0,20 %), 45 % pour la platine et 45 % pour le palladium, appliqués sur les concentrations attendues basées sur les analyses des paramètres des coûts de fonte et de raffinage disponibles.
    • Les teneurs de coupure de NiEq devront être réévaluées à la lumière des futures conditions du marché (prix des métaux, taux de change, conditions de fonte et coûts de production). 
    • Les valeurs de densité ont été estimées pour toutes les unités lithologiques à partir d’échantillons mesurés. Les valeurs de densité pour les zones minéralisées Horizon 1 et Horizon 3 ont été interpolés des densités mesurées ainsi que d’une base de données de corrélation prenant en compte la sélection des métaux (Ni, Fe, Co) qui produisent la meilleure corrélation possible avec la base de données des valeurs mesurées.
    • La ressource a été estimée avec GEMS 6.7. L’estimation est basée sur 111 trous de forage au diamant (39 999,43 m). Une épaisseur vraie minimale de 3,0 m a été appliquée, en utilisant les teneurs de matériel adjacent pendant les analyses, ou une valeur de zéro lorsqu’aucune analyse n’a été effectuée. 
    • Les limites supérieures des teneurs ont été appliquées sur les résultats d’analyses bruts et établies par zone pour le nickel (15,00 %), le cuivre (5 00 %), la platine (5,00 g/t) et le palladium (8,00 g/t). La sélection des teneurs supérieures est soutenue par des analyses statistiques. 
    • Les composites ont été effectués sur les sections des trous de forage qui étaient dans les zones minéralisées (composite = 1,0 m). 
    • Les ressources ont été évaluées à partir des trous de forage en utilisant une méthode d’interpolation 3-pass ID2 dans un modèle de blocs (taille des blocs = 5 x 5 x 5 m).
    • Les ressources minérales présentées ci-dessous sont catégorisées comme indiquées et présumées sur la base de la distance entre les forages, ainsi que la continuité des teneurs et de la géologie. En fonction de la nature de la minéralisation, une distance maximale de 50 m par rapport au composite le plus proche a été utilisée pour les ressources indiquées. La distance moyenne par rapport au composite le plus proche est de 22,9 m pour les ressources indiquées et de 53,6 m pour les ressources présumées.
    • Once (troy) = tonne métrique x teneur /31,10348. Les calculs ont utilisé des unités métriques (mètres, tonnes et g/t). Les contenus en métal sont présentés en onces et en livres. 
    • Le nombre de tonnes métriques a été arrondi au centième près. Les différences entre les totaux sont causées par l’arrondissement des valeurs. 
    • La quantité et la teneur des ressources présumées présentées dans cette estimation des ressources minérales sont de nature incertaine et il n’y a pas eu suffisamment d’exploration pour définir ces ressources comme indiquées ou mesurées; et il est difficile de déterminer si une exploration plus approfondie permettra de les reclasser dans ces catégories. 
    • Les définitions et lignes directrices de l’ICM pour les ressources minérales ont été suivies. 
    • Les personnes qualifiées n'ont connaissance d'aucun problème connu en matière d'environnement, de permis, de droit, de titre, de fiscalité, sociopolitique ou de marketing, ou de tout autre problème pertinent, qui pourrait affecter de manière significative l'estimation des ressources minérales.
  • Rapports techniques
  • Cartes et sections

​​Abonnez-vous pour recevoir des nouvelles